S

Patrimoine linguistique au Kenya : Genèse et évolution du Sheng

Show simple item record

dc.contributor.author Iraki, Fredrick Kangethe
dc.date.accessioned 2015-08-04T08:50:47Z
dc.date.available 2015-08-04T08:50:47Z
dc.date.issued 2012
dc.identifier.issn 1998-1279.
dc.identifier.uri http://erepo.usiu.ac.ke/11732/612
dc.description A journal article by Prof. Fredrick Kangethe Iraki, a Lecturer at the School of Humanities and Social Sciences at USIU - Africa. en_US
dc.description.abstract La langue est un vecteur important de culture et donne expression au patrimoine d'un pays. Ca peut être à la fois la forme et le contenu même du patrimoine. D'où la nécessité de valoriser la langue comme patrimoine et expression de ce dernier. Le Kenya jouit d'une palette d'une quarantaine de langues africaines sans parler de l'anglais, la langue du pouvoir, et le swahili, la langue véhiculaire. Le sheng fait irruption au début des années 1950 comme langue hybride, combinant presque tous les idiomes en contact (swahili, anglais, langues vernaculaires, etc.). Etant donné que c'est la langue privilégiée des jeunes urbains et compte tenu de l'exode rural, il est important de considérer ce sous-langage et les dynamiques qui lui sont liées. Le sheng, langage non institutionnalisé et non reconnu par l'Etat, ne manque pas de détracteurs : les enseignants, les puristes et les vieilles générations. On reproche à la langue d’être « bâtard » et d’être à l’origine de l'échec scolaire. Malgré tout, le sheng gagne du terrain notamment par le biais des publicités des grandes sociétés étrangères et locales. De même, les hommes politiques usent du sheng pour gagner les votes des jeunes. En somme, toute organisation qui s’intéresse aux jeunes, même les églises, s'efforce d'employer le sheng. L’émergence – et la patrimonialisation ? – du sheng est source de tensions au Kenya. L'anglais trône vu les avantages qu'elle représente (langue du Blanc, du prestige et du pouvoir, langue internationale, etc.). Les langues vernaculaires connaissent un statut inférieur bien qu’elles soient dépositaires de la culture. Le swahili résisté par les groupes non Bantous et son institutionnalisation ; il est imposé dans le système scolaire malgré que la jeunesse le trouve difficile voire même plus compliqué que l'anglais. Cette communication s’intéresse aux forces qui instituent cette nouvelle langue et aux forces conservatrices qui la rejettent. en_US
dc.publisher Journal of Language, Technology & Entrepreneurship in Africa en_US
dc.subject Genèse et évolution du Sheng en_US
dc.subject Kenya en_US
dc.title Patrimoine linguistique au Kenya : Genèse et évolution du Sheng en_US
dc.type Article en_US


Files in this item

This item appears in the following Collection(s)

Show simple item record

Search Repository


Browse

My Account